Sous-catégories :

L’INIST-CNRS une nouvelle fois dans la tourmente, ce que condamne le SNPTES !

Depuis sa création en 1989, l’INIST-CNRS (Institut de l’Information Scientifique et Technique) a connu restructurations sur restructurations, tant dans ses projets scientifiques que dans ses rattachements administratifs successifs. Sous les auspices de la stratégie du CNRS en matière d’information scientifique et technique, le projet « Ingénierie des connaissances » prenait forme pour la période 2014-2018. L’INIST confortait ainsi son rôle  et s’affirmait comme une unité du CNRS au service de la recherche publique : nouvel organigramme, nouveaux postes, et l’assurance de stabiliser les effectifs à 200 agents d’ici 2016.

Dès 2017, ce projet d’investissement d’avenir est mis à mal. La suppression d’une équipe ayant pour mission la fourniture de documents  est annoncée de même que la diminution des effectifs sur les fonctions supports.

53 personnes sont concernées par un repositionnement et pour environ la moitié, par une mobilité « volontaire ».

 

« SOYEZ MOBILE », « OUVREZ-VOUS À D’AUTRES PERSPECTIVES», « le CNRS VOUS ACCOMPAGNERA… », sont les messages qui succèdent aux premières assurances.

Grace à la vigilance du SNPTES et suite à plusieurs audiences avec la Déléguée régionale, tout semblait effectivement avoir été mis en place pour favoriser le reclassement et la mobilité des agents : démarche GPEC, recrutement d'un conseiller RH/orientation, recours à une psychologue du travail, mise en place d'un groupe de suivi en lien avec le CRHSCT.

Mais le tableau idyllique s’obscurcit :

Alors qu'il était convenu que les agents auraient la possibilité de se repositionner sur une période de 2 à 3 ans, le discours change et devient plus anxiogène pour les personnels concernés : il est désormais question de proposer dès septembre 2018 des missions non durables de quelques mois, sans affectation définitive mais avec la perte du rattachement à l'INIST, et d’être convoqué par la Déléguée régionale dès le 2ème refus de ces missions précaires, ce que dénonce le SNPTES.

À côté de cela, des personnels de l'INIST, incités à la mobilité, ont postulé sur des NOEMI (nouveaux emplois offerts à la mobilité interne) et des FSEP (fonctions susceptibles d’être pourvues), y compris hors délégation (imposant donc à l’agent et sa famille un changement de région), et n'ont pas été retenus, parfois au motif d'une compétence manquante ou pas assez développée (sans proposition de formation), et parfois sans motif.

 

 

Mobilité "volontaire", mais pas de priorité au reclassement pour ces agents, le CNRS et les directeurs d'unité ne jouent pas le jeu !

 

Le SNPTES demande, par conséquent, que le CNRS se donne les moyens réels d'une telle restructuration et revendique :

  • que les postes qui seront ouverts dans les prochaines campagnes de NOEMI et FSEP soient portés à la connaissance des agents concernés par cette restructuration avant l'ouverture officielle de la campagne, afin qu’ils soient réellement prioritaires ;
  • que ces agents soient accompagnés par le biais d’un accès prioritaire aux formations nécessaires à leur prise de fonction dans leur nouvelle unité ;
  • que l'on ne recoure pas à des missions temporaires, sauf pour permettre à l'agent de se familiariser avec le poste et le nouvel environnement et avec un retour garanti au sein de l'INIST si l'une des 2 parties (agent ou labo) ne souhaite pas le rattachement définitif ;
  • que chaque agent concerné ait la garantie que son groupe de fonctions IFSE ne variera pas à la baisse, même en cas de mobilité descendante, comme l’autorise la circulaire sur le RIFSEEP au CNRS ;
  • que chaque agent perçoive une prime complémentaire significative dans ce cadre de mobilité.

Ce ne sont pas les agents qui ont choisi que l'INIST soit une fois encore restructuré et que leur emploi soit détruit.

 

Le pilotage à vue de cet Institut ne doit pas aboutir à la casse de l’emploi public dans la région Lorraine, et le SNPTES mettra toutes les actions en œuvre pour préserver les perspectives de carrière et les conditions de travail de ces collègues.

CNRS - Rencontre Déléguée régionale CNRS DR6 - Intersyndicats - 16 juin 2017)

pdf.png Compte rendu

CNRS - SITUATION À L’INIST

En 28 années d’existence, l’INIST a subi de nombreuses restructurations et réorganisations impactant les personnels et leurs métiers

La version 1 du projet Ingénierie des connaissances en 2015 a mis les agents dans une position de recrutement les obligeant à postuler, y compris sur leurs propres fonctions. Ces collègues ont accepté cette démarche récusable et répondu aux efforts demandés.

2 ans plus tard, il est signifié à 42 personnes de quitter l’INIST et le CNRS. 

La version 2 du projet Ingénierie des connaissances est menée au détriment des agents, à personnel réduit.

Nous refusons un énième projet qui ne prévoit aucune déclinaison des axes en activités réelles et personnels associés !

NOUS DEMANDONS :

  • Une définition du projet en profils et postes ;
  • Un plan de restructuration ;
  • Un calendrier de mise en œuvre.

NOUS REVENDIQUONS :

  • Une estimation du nombre de postes potentiellement conservés à l’INIST ;
  • Des perspectives de mobilité négociées avec les agents ;
  • Une mobilité sur le bassin nancéien pour ceux qui le souhaitent ;
  • La prise en compte et la reconnaissance des compétences acquises depuis 28 ans dans leur BAP d’origine ;
  • La possibilité de partir avec son poste ;
  • Un accompagnement effectif en termes de formation, d’intégration et de carrière ;
  • Un véritable suivi sur 2 années.

NOUS REFUSONS :

  • La confusion des propos tenus aux agents. Les personnels doivent pouvoir s’exprimer librement sur leur situation sans aucune pression. Nous demandons à ce que la conseillère RH de l’INIST remplisse son rôle en ce sens ;
  • La dégradation des carrières des agents. Nous réclamons des postes à fonctions égales et le maintien des primes, y compris dans le processus RIFSEEP.

CNRS - Audience Déléguée régionale - 19 avril 2017

pdf.png Compte rendu

CNRS - Concours internes CNRS 2017 - Campagne d'entretiens et dossiers annuels

La campagne des concours internes ouvre le 22 mars. Dès avril, vous aurez vos entretiens annuels de carrière. Vous désirez vous présenter à un concours ou vous espérez accéder à une promotion par avancement au choix .

La rédaction et le contenu de votre dossier sont primordiaux. Le SNPTES conseille et propose son aide à tous ses adhérents.

N’hésitez pas à nous contacter.

Rencontre de la nouvelle déléguée régionale CNRS DR6

La section SNPTES de Nancy-Metz a rencontré la nouvelle déléguée régionale CNRS DR6, Mme Sinanidès le 26 janvier 2016, pour faire état des revendications des personnels composant cette délégation :

  • Disparités des régimes indemnitaires
  • Baisse des recrutements
  • Demande d’une CAP Régionale
  • Formation des personnels
  • Disparités Horaires et Congés


Mme Sinanidès a été à l’écoute de ces revendications qu’elle nous indique vouloir faire remonter au niveau national.
Le SNPTES restera attentif et vigilant sur tous ces points. C'est le rôle d'un syndicat responsable !
Vous pouvez compter sur notre volonté d'être force de proposition ! Et d'essayer de faire bouger les lignes !
pdf.png Compte rendu

Vos représentants

Déléguée :
Pascaline Hoël
Déléguée adjoint:
Colette Orange



Cahier de la recherche 4
Cahier de la recherche 3